• Paul Biya : élu par le Conseil constitutionnel

    Paul Biya : élu par le Conseil constitutionnel

    L’élection présidentielle qui s’est déroulée le 7 octobre dernier au Cameroun a été particulière. Non seulement la population camerounaise s’est montrée intéressée par le scrutin pendant les périodes de précampagne et de campagne électorale, mais en plus et contre toute attente, cet intérêt est allé grandissant, notamment pendant les audiences du contentieux post-électoral retransmises en direct à la télévision et sur internet.

  • La présidentielle camerounaise du 7 octobre et la guerre des chiffres

    Après de la déclaration du candidat Maurice Kamto sur sa victoire à la présidentielle du 7 octobre 2018, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. En fait, cette déclaration a entraîné des réactions diverses qui ont fusé de toutes parts.

  • Jeux de mots et contre-vérités électorales

    Jeux de mots et contre-vérités électorales

    L’élection présidentielle du 07 octobre 2018 rend extrêmement assert le camerounais lambda. Cette fois, non directement à cause des enjeux, mais plutôt à cause des déclarations de certains candidats impliqués dans la course présidentielle.

  • Le long processus de dépouillement des votes et de la proclamation des résultats

    Le long processus de dépouillement des votes et de la proclamation des résultats

    L’un des refrains les plus suivis au cours de cette campagne de la présidentielle, c’est bel et bien la vigilance des électeurs pendant le dépouillement à travers le slogan : « Surveiller vos votes ».