• Etoudi 2018 : des débats aussi tièdes qu’inutiles

    Etoudi 2018 : des débats aussi tièdes qu’inutiles

    Pour la première fois, le Cameroun conduira une élection en période de conflit armé. Au Nord du pays sévit Boko Haram, et au Nord-Ouest et Sud-Ouest, les séparatistes sont de plus en plus violents. L’élection présidentielle de 2011 s’est certes tenue alors que Boko Haram agissait déjà depuis deux ans, mais la violence et l’instabilité de la situation n’étaient pas aussi graves qu’aujourd’hui.

  • La manipulation de l’ethnie

    La manipulation de l’ethnie

    Une fois de plus la présidentielle s’ouvre sous une odeur de manipulation de l’ethnie. Sous de faux airs de défense de l’unité nationale et de promotion du vivre-ensemble, certains protagonistes de la joute électorale agitent le spectre du tribalisme.