Les personnes en situation de handicap au Cameroun peuvent-elles voter ?

Les personnes en situation de handicap au Cameroun peuvent-elles voter ?

Dans la vie courante, la situation des personnes vivant avec un handicap a toujours posé un sérieux souci. Imaginons un peu cette catégorie des électeurs se mobiliser pour aller accomplir leur devoir citoyen : le vote.

Le commun des mortels se poserait la question de savoir ce qu’une personne en situation de handicap aurait besoin pour voter ? Cette période électorale pour la présidentielle du 07 octobre est donc un bon prétexte pour mettre en exergue tout l’arsenal institutionnel prévu pour la participation de cette couche sociale au processus électoral et plus particulièrement au vote.

Préambule notionnel

Le Code électoral camerounais de 2012 parle, à l’article 105, de « personne atteinte d’une infirmité » alors que la loi sur la protection des personnes en situation de handicap de 2010, parle, à l’article 1, de « personne handicapée ». La différence ici est fondamentale. L’infirmité caractérise une personne qui se retrouve avec un organe ou un membre amputé ou défectueux. Tandis que la personne handicapée désigne « toute personne dans l’incapacité d’assurer par elle-même tout ou une partie des nécessités d’une vie individuelle ou sociale normale, du fait d’une déficience physique ou mentale, congénitale ou non » selon article 2 de la loi de 2010.

La première remarque à mettre ici c’est la différence notionnelle qui existe dans ces deux lois pour désigner une même et unique réalité. Cela témoigne d’emblée que le gouvernement camerounais ne s’accorde pas en matière d’harmonisation des concepts utilisés dans les projets de loi conçus par des services différents. Chaque segment du pouvoir exécutif en fait à sa tête au lieu de se référer au ministère de tutelle qu’est le ministère des affaires sociales.

La deuxième remarque à la suite des deux lois est le retard accumulé par le Cameroun dans la désignation de cette catégorie de couche sociale. On ne parle plus « d’infirmité » ou de « personne handicapée », mais de « personne en situation de handicap ». La différence ici relève du fait que le handicap est désormais considéré comme un état, une situation qui peut être ponctuelle. Autrement dit, une personne qui se retrouve dans l’incapacité d’accomplir entièrement une tâche, ici les opérations de vote, est considérée comme handicapée, et peut ne plus l’être dans une autre circonstance. Que prévoit donc le Code électoral pour ces types de personnes ?

Que prévoit le Code électoral ?

Les seules dispositions que le Code électoral camerounais prévoit pour les personnes en situation de handicap se trouvent à l’article 105. Il prévoit notamment les dispositions que doit prendre l’organe qui organise les élections au Cameroun (Elecam) pour permettre à cette catégorie de personnes de voter. Il s’agit particulièrement de celles qui, par leur déficience, sont incapables de faire leur choix de façon mécanique. Par exemple, un aveugle doit se faire aider par un autre électeur. Celui-ci doit être inscrit dans le même bureau de vote que l’aveugle. Il faut préciser que l’accompagnateur ou l’aideur ne pas doit être un mandataire d’un candidat ou d’un parti politique. Il ne doit aider qu’une seule personne. Il en est de même avec les déficients mentaux.

Il est donc clair que le Code électoral camerounais ne prévoit que l’aide des personnes en situation de handicap. Aucune disposition ne donne à Elecam l’obligation de permettre l’autonomisation des personnes en situation de handicap. C’est-à-dire qu’il n’y a rien qui permet à ces personnes d’accomplir leur devoir de vote sans avoir besoin d’une aide quelconque. Cela implique en réalité que Elecam soit en mesure de distinguer tout type de handicap et de prévoir la logistique adaptée à chaque situation. La question que certains n’hésiteraient pas à poser est celle de savoir si Elecam est en mesure de le faire ?

Le handicap et les droits électoraux

Permettre à chaque Camerounais vivant avec un handicap ou non de voter est un devoir pour Elecam. Plus encore, Elecam doit permettre à chaque Camerounais de voter en toute liberté et en toute autonomie. De la même façon qu’il est possible de déplacer un bureau de vote de l’étage vers le rez-de-chaussée pour les handicapés moteurs, il est aussi possible de prévoir les bulletins en braille pour les aveugles. Pour ce faire, il faut pouvoir distinguer chaque type de handicap des électeurs. Il sera ainsi possible de prévoir, pour bureau de vote, la logistique nécessaire si une ou des personnes en situation de handicap y sont inscrites. A la question de savoir si c’est possible, Patience Elango du service de la communication de Elecam est catégorique : « Quand les citoyens viennent s’inscrire, l’enregistrement de leurs données biométriques permet de savoir s’ils sont valides ou porteurs d’un handicap (auditifs, moteurs, paroles, tailles, visuels et autres) ».

Ainsi, pendant la dernière élection présidentielle de 2011 et les élections municipales et législatives de 2013, Elecam avait enregistré respectivement 8.500 et 32.291 électeurs porteurs d’un handicap au Cameroun et à l’étranger. Cela est la preuve qu’il est bel et bien possible à Elecam de savoir exactement le nombre de personnes en situation de handicap avec le type de handicap et également de prévoir toute la logistique nécessaire le jour du scrutin. Pour cette présidentielle d’octobre 2018, sur les 6.596.900 électeurs inscrits, combien de personnes vivant avec un handicap sont-elles inscrites ? Pour le moment, Elecam n’a encore communiqué aucun chiffre à propos.

Cependant, tout ce qu’on peut dire en ce moment, c’est que malgré cette possibilité d’avoir les chiffres sur le handicap des électeurs, seul l’article cité ci-dessus est considéré comme les seules mesures prévues par l’Etat. En d’autres termes, les handicapés moteurs comme moi iront toujours voter dans un bureau de vote si celui-ci est situé à l’étage d’un bâtiment. Cette situation, je l’ai vécue en 2013 lors du double scrutin municipal et législatif comme électeur en allant voter au premier étage où était logé mon bureau de vote. Que prévoit Elecam pour la présidentielle de 2018 ? Wait and see !

Photo : handicap-cameroun

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Publications récentes