• Alternance : ça ne dépend pas (que) des candidats

    Alternance : ça ne dépend pas (que) des candidats

    Depuis le début de l’année, et plus intensément depuis la période de précampagne, les camerounais invitent les candidats de l’opposition à faire bloc pour affronter ensemble le candidat sortant qui, il faut le dire, met tous les moyens en sa possession (autant le matériel, les fonds que les agents de l’État) pour s’assurer qu’au soir du 7 octobre, le pouvoir ne change pas de camp.

  • Pourquoi la coalition de l’opposition est-elle un leurre ?

    Pourquoi la coalition de l’opposition est-elle un leurre ?

    A une semaine du scrutin présidentielle au Cameroun, les débats sur la coalition des candidats de l’opposition font encore jaser. C’est l’une des reproches faites par certains Camerounais (électeurs ou non) aux leaders des partis de l’opposition candidats à la présidentielle du 7 octobre prochain.

  • Campagne électorale : dysfonctionnement ou traitement de faveur du candidat Paul Biya ?

    Campagne électorale : dysfonctionnement ou traitement de faveur du candidat Paul Biya ?

    Depuis le début de la campagne pour la présidentielle du 7 octobre 2018, le candidat du RDPC, Paul Biya, occupe la part du lion dans ce qui est convenu d’appeler la propagande communicationnelle. En fait, toute une polémique est créée sur le déséquilibre dans le traitement des candidats, notamment en ce qui concerne l’occupation des espaces publicitaires (panneaux publicitaires urbains)

  • Il n’a jamais été question d’une coalition de l’opposition

    Il n’a jamais été question d’une coalition de l’opposition

    Malgré l’impression qu’ils ont donnée aux électeurs pendant quelques semaines, il semble désormais évident que les candidats de l’opposition à l’élection présidentielle n’ont jamais eu l’intention de former une coalition.

  • Sur quelles bases doivent se faire les coalitions ?

    Sur quelles bases doivent se faire les coalitions ?

    Répondant à la question d’un journaliste français, le 3 juillet 2015, lors de la visite du président français d’alors François Hollande, Paul Biya déclarait : « Les élections sont certaines mais lointaines ». En annonçant le lundi 9 juillet 2018 en fin d’après-midi par décret la tenue des élections présidentielles pour le 7 octobre 2018, le président Biya venait de lever tout soupçon de renvoi de l’élection présidentielle qui se répandait déjà dans l’opinion après le report des élections législative et municipale pour 2019.

  • L’« opposition » camerounaise forme enfin une coalition

    L’« opposition » camerounaise forme enfin une coalition

    Le 20 juillet 2018, 20 partis de l’opposition se sont alliés pour former une coalition de partis politiques pour le soutien de la candidature du président Paul Biya, candidat à sa propre succession.

  • Présidentielle 2018 : l’opposition camerounaise ne s’unira pas !

    Présidentielle 2018 : l’opposition camerounaise ne s’unira pas !

    L’opposition camerounaise, après avoir donné l’impression qu’elle pouvait se réunir sous une même bannière pour affronter le candidat sortant, semble finalement résolue à se jeter dans la bataille en rangs dispersés.